The Wind Waker HD, l’aventure selon Nintendo

zeldaTWWHD_12

En 2003 sort The Wind Waker, premier épisode de Zelda à voir le jour sur GameCube. Lors de son annonce, le jeu divise le public, notamment en raison de son style graphique mignonnet. Une fois en rayon, le dernier Zelda parvient néanmoins à convaincre la majorité tout en prenant soin de laisser les détracteurs à quai. Dix années passent et Nintendo a une idée : profiter du catalogue rachitique de la Wii U pour lui offrir The Wind Waker HD, une refonte haute en pixels.

Au début des années 2000, The Wind Waker surprend son monde avec des graphismes cel-shadés. Alors qu’Ocarina of Time et Majora’s Mask avaient apporté une certaine noirceur à la série, The Wind Waker prend des airs de dessins animé. Ce que le public a eu du mal à comprendre, c’est que ce parti pris dissimule des intentions mises en exergue par cette adaptation Wii U. Plus encore qu’à l’époque, The Wind Waker HD ressemble à un film d’animation. Et c’est justement cette volonté qui est intéressante. Grâce au cel-shading, Nintendo a renouvelé le design de son univers en accordant une importance particulière aux personnages. Ainsi, chaque protagoniste se voit affublé de gigantesques yeux rappelant inévitablement les productions Disney. Cela a une influence évidente sur l’expression des personnages, et par conséquent sur les transferts d’émotion sur le joueur. Ainsi, Link n’a de cesse, au cours de l’aventure, de guider le joueur afin qu’il ressente ses émotions. Un procédé typique de l’animation et parfaitement exploité. Plus formellement, on peut également voir une relation entre la patte artistique et l’âge du héros, encore enfant.

Cette mouture HD est magnifique, avec de jolis effets de flare sur l'objectif. Les expressions de Link font toujours mouche.

Cette mouture HD est magnifique, avec de jolis effets de flare sur l’objectif. Les expressions de Link font toujours mouche.

Mais le style graphique influe aussi sur l’ambiance du jeu et le game design. C’est l’autre raison de ce choix technique. L’histoire de The Wind Waker nous fait incarner le jeune Link. Alors que sa sœur s’est faîte enlever par un oiseau gigantesque, le garçon se voit dans l’obligation de prendre le large. En effet, le royaume d’Hyrule ayant été autrefois engloutis par les eaux, le monde de The Wind Waker est uniquement constitué d’îles. Le jeu propose donc de naviguer en pleine mer, un peu comme un François Gabart des temps anciens. Le défi technique était de taille, et s’y attaquer avec du cel-shading était probablement la meilleure chose à faire. Ainsi, la profondeur de champ est correcte, et le dépaysement tout de même au rendez-vous. Car The Wind Waker demeure un jeu d’aventure au sens strict du terme. Comme toujours dans The Legend of Zelda, l’accent est mis sur le héros, à savoir un aventurier solitaire. Dès lors, quoi de plus ambitieux (et logique) que d’en faire un marin ? Ce parti pris est d’autant plus important que la navigation est subtile : déploiement de la voile, gestion du vent, possibilité de récupérer des trésors… De même, les trajets en bateaux, extrêmement longs, rappellent la solitude du loup de mer et confèrent un côté poétique au périple.

The Wind Waker HD gère le cycle jour/nuit, poussant encore un peu plus loin l'immersion.

The Wind Waker HD gère le cycle jour/nuit, poussant encore un peu plus loin l’immersion.

Comme les autres épisodes de la série, The Wind Waker comporte également des phases au sol avec des donjons aux énigmes ingénieuses et logiques. La GamePad de la Wii U apporte du confort de jeu, notamment grâce à une gestion de l’inventaire intuitive ; et le périphérique permet aussi de consulter les cartes à dispositions pour chercher les différents trésors. En effet, en plus des coffres présents dans les donjons, The Wind Waker HD reprend le principe de chasse au trésor : des cartes trouvées pendant l’aventure permettent de dénicher des objets dans les fonds marins. Amusante, cette possibilité renforce l’immersion du titre, un peu comme la présence de postes ennemis à prendre d’assaut ou à détruire à l’aide d’un canon. Derrière ses airs gentillets, le jeu dissimule donc un contenu gargantuesque et immersif, hommage à la notion d’aventure. Drôle, ludique et surtout ultra complet, The Wind Waker rappelle, 10 après sa sortie, toute l’audace qu’il eut à l’époque. Un jeu courageux, sûrement aussi téméraire que son jeune héros.

Acheter The Wind Waker HD sur Wii U
A lire aussi : Flashback HD, entre remake et parabole